Débuter un potager

  • icone maj Mise à jour le
Débuter un potager

Des conseils pour démarrer son potager.

Choisir l'emplacement de son potager

Il faut installer son jardin potager en plein soleil, orienté vers le sud. La majeure partie des légumes pousseront mieux et plus rapidement en recevant un maximum de lumière directe du soleil. Cependant dans les régions chaudes, une petite partie du potager à l'ombre en après-midi sera appréciée par des légumes sensibles à la chaleur.

Le potager devra aussi être suffisamment éloigné des arbres et des arbustes. Trop proches ils vont concurrencer les autres légumes en puisant des éléments nutritifs dans le sol et en faisant de l'ombre. On considère généralement que les racines s'étalent au minimum aussi loin que les branches.

Il faut aussi choisir un endroit avec un sol adapté le plus possible aux cultures. Il devra si possible être profond et sans trop de cailloux. Vous pouvez examiner le sol à différents endroits en donnant quelques coups bêches.

Ne soyez pas trop pressé pour définir l'emplacement de votre potager dans votre nouvelle maison. Au fil de l'année vous allez voir les endroits qui restent gorgés d'eau, ceux plus froids qui dégèlent en dernier, les zones qui sèchent plus vite, les endroits à l'ombre etc.

Quelle surface choisir ?

Lorsque que l'on débute un potager pour la première fois, il est inutile de le faire trop grand. Il vaut mieux une petite surface bien suivie, qu'une plus grande en friche.

Même si vous pouvez toujours imaginer plus grand, une surface maximum de 50m2 est suffisante pour se faire la main. Vous pourrez ajuster ensuite la taille de votre potager en fonction du temps que vous arrivez à y consacrer.

À titre de comparaison on considère qu'il faut un potager d'environ 500m2 pour nourrir une famille de 4 personnes sur une année.

Aménager son potager

Le plus simple est de définir un grand rectangle qui sera intégralement désherbé et mis en culture. Il est préférable de ne pas multiplier les bordures dans le potager. Il vaut mieux une ou deux grandes zones cultivées plutôt qu'un morcellement de petites zones aux multiples bordures à entretenir.

Cultiver sur planches permanentes

Pour un entretien et un accès facile le plus simple est de cultiver "en planches permanentes". Dans votre grand rectangle vous tracerez des planches d'une largeur d'environ 80cm à 1m et de longueur variable. Choisissez une largeur qui vous permettra d'accéder à toute les zones avec vos mains et d'enjamber les planches sans marcher sur les cultures.

Vous n'êtes pas du tout obligé d'utiliser des planches permanentes, surtout si votre potager est petit. Mais gardez toujours en tête qu'il faut pouvoir accéder à toute la surface cultivée avec ses mains, sans marcher dessus pour ne pas tasser le sol ni abîmer les légumes.

Des allées pour bien circuler

Les planches seront séparées par des allées d'environ 40cm de large. Même si ce n'est pas obligatoire vous pouvez ramener la terre de surface des allées sur la planche. Vous augmenterez un peu la hauteur des planches et elles seront mieux visibles.

Le problème des allées est la pousse des mauvaises herbes qui peuvent venir gêner les cultures. Pour cela vous pouvez :

  • Pailler les allées avec des matières organiques, du carton : à la mérite d'enrichir le sol et d'éviter son tassement. Par contre il faut renouveler le paillage régulièrement et donc donc avec accès à une grande quantité de matières organiques.
  • Pailler avec du brf : ce sont des morceaux de bois hachés qui se décomposent lentement et enrichissent le sol. Une couche d'une grosse dizaine de centimètres va mettre plusieurs mois à se décomposer et peut rester en place une ou deux saisons.
  • Poser des morceaux de bâches : très moche, mais très efficace et rapide à mettre en place.
  • Tondre / désherber les allées régulièrement pour ne pas que les mauvaises herbes aient le temps de trop se développer.

Pour les petites zones de cultures de quelques mètres carrés, une simple planche peut faire office d'allée et permettra de ne pas trop tasser le sol.

Une zone pour les vivaces et les aromates

Il est utile de réserver un carré pour les légumes et petits fruits qui restent en place d'une année à l'autre : rhubarbe, fraisiers, framboisiers, menthe etc.

Il en est de même pour les plantes aromatiques : thym, romarin, sauge etc. Mais là vous pouvez réserver un petite zone au plus proche de votre cuisine, voir les cultiver en bacs ou en pots. Ce sont des plantes qui généralement tolèrent des sols pauvres et qui ne s'étalent pas beaucoup.

Au lieu de leur réserver une zone spécifique, vous pouvez aussi les cultiver aux extrémités de vos planches.

Une pépinière pour démarrer ses plants

Une pépinière est un petit espace protégé d'un ou deux m2 où l'on fait démarrer ses légumes à repiquer (tomates, choux, poireaux etc.). Ca peut être des pots, des caissettes, ou un carré directement en pleine terre.

Le plus souvent on réserve un espace dans la serre qui permettra de semer ses légumes au chaud et à l'abri de nombreuses ravageurs.

Serre ou pas ?

L'utilisation d'une serre même petite est très utile dans la plupart des régions. Elle vous permettra de :

  • Cultiver des légumes qui nécessitent de la chaleur (tomates, melons etc.).
  • Prolonger les récoltes en offrant la possibilité de cultiver quelques légumes primeurs au printemps et tardifs en automne.
  • Protéger vos semis et leur offrir une température suffisante pour germer en début de saison.

Si vous ne pouvez pas installer de serre vous pouvez vous rabattre sur un tunnel mobile (une bâche avec des arceaux).

De l'eau à proximité

Une ressource à ne pas négliger pour votre futur potager c'est l'eau. En plein été l'arrosage avec un simple arrosoir peut vite devenir très chronophage.

Il faut si possible prévoir une cuve d'eau juste à coté du potager. Si elle est éloignée il faut qu'elle soit située plus haut que le potager. Ainsi vous pourrez arroser facilement par gravité en utilisant un tuyau de bonne longueur.

Préparer le sol pour les cultures

Une fois l'emplacement et la taille de son potager défini, il faut commencer à préparer le sol pour accueillir des cultures.

Pour cela il faut désherber et décompacter le sol. C'est assez long et fastidieux pour les potagers de grande taille.

Désherber en couvrant le sol

C'est la méthode la moins fatigante, mais la plus longue. Il suffit de recouvrir le sol avec une bâche noir pendant plusieurs mois.

N'ayant plus accès à la lumière les végétaux vont mourir puis se décomposer pour laisser au final un sol nu.

Le bémol de cette méthode est qu'il faut s'y prendre en avance. En fonction de la saison et du sol, cela peut prendre de 3 à 6mois. En posant les bâches en automne les cultures pourront débuter au printemps suivant. Posées au printemps ou en été, les cultures ne débuteront qu'au début de l'automne.

Pour sensiblement les mêmes résultats la bâche peut être remplacée par une double épaisseur de cartons ou une épaisse couche de paillage de plus de 20cm à renouveler plusieurs fois.

Désherber à la main

C'est la méthode la plus rapide mais la plus exténuante : désherber "à la main".

Il faut "scalper" la surface du sol avec une houe ou une pioche. Il faut essayer d'enlever la couche de plantes en les coupant à la base. Tout ça en essayant d'enlever le moins de terre possible.

Les végétaux seront mis en tas à composter. Ensuite il faudra impérativement aérer le sol qui est sans doute très compact.

Pour les potagers de grande taille, une méthode rapide et peu fatigante est de demander au voisin de passer un coup de tracteur.

Aérer le sol

Une fois le sol mis à nu, il faut le décompacter avant de le mettre en culture. Là aussi il existe plusieurs possibilités :

  • Décompacter le sol et casser les mottes avec une fourche bêche ou une grelinette. Il ne faut pas retourner la terre pour ne pas mélanger les couches du sol. Dans les terres lourdes il faut travailler le sol en automne, au printemps il sera gorgée d'eau et difficile à travailler.
  • Si vous n'êtes pas pressé semez un engrais vert qui va décompacter progressivement le sol avec ses racines.
  • Vous pouvez aussi faire les deux, décompacter le sol puis semer un engrais vert.

Si vous avez désherbé en utilisant une bâche, en général dans les terres pas trop lourdes le sol a été en parti décompacté et aéré par les vers de terre et la faune du sol. Pour des semis de grosses graines ou des plantations vous pouvez souvent les commencer immédiatement. Pour des semis de petites graines il est préférable d'aérer et niveler le sol avant le semis.

C'est parti !

Ça y est, c'est le grand jour, votre potager est prêt !

Si c'est en automne je vous conseille de planter quelques légumes d'hiver mais surtout de couvrir votre sol pour l'hiver avec du paillage (feuilles mortes, foin, paille ...) ou des engrais verts. Vous commencerez vraiment les cultures au printemps suivant.

Si vous avez préparé votre potager au printemps, vous pouvez y aller, c'est le moment, semis et plantations sont à vous.

Des légumes faciles à cultiver

Au début il est plus facile de choisir des légumes qui ne demandent pas des soins trop compliqués :

  • Courgettes et courges : Elles poussent facilement et produisent beaucoup. Par contre elles prennent de la place.
  • Concombres : Facile à faire pousser et productifs.
  • Tomates : Le légume phare des potagers. Au nord de la Loire il est préférable de la cultiver sous serre pour éviter les maladies.
  • Laitues : une culture rapide et peu exigeante qui peut être cultivée plusieurs fois dans l'année.
  • Haricots et petits pois : peu exigent, facile à faire pousser et productifs.
  • Radis : comme les laitues, une culture (très) rapide et peu exigeante.
  • Oignons : plantés en bulbes ils sont facile à faire pousser. Il faut faire attention au désherbage.
  • Fraisiers : restent plusieurs années en place et produit les meilleurs fruits du monde.